Comment s’assurer de sa motivation pour créer son entreprise ?

Publié le par Nav

La création d'une entreprise pour développer son idée personnelle, pour la reprise d’une entreprise pour y apporter sa touche personnelle ; c'est avant tout, tester sa motivation et ses capacités pour mener à bien et donc à terme son idée de façon à en tirer satisfaction.

 

En toutes choses, les motivations personnelles demeurent la boussole de nos actions. Ces motivations peuvent être nombreuses dans le cas de la création d’une entreprise ; elles partent d’une simple envie d'être son propre patron à la survenance de certaines difficultés ou inconvenances dans notre emploi actuel, en passant par l'envie de déménager, l'envie de revenus complémentaires, l'envie de quitter le statut de demandeur d'emploi. Ces motivations ne sont pas exhaustives. Donc beaucoup de raisons sous-tendent notre désir d’entreprendre.

 Visite d'une usine à Rennes

Ainsi, pour s’assurer de sa motivation et de ces moyens, l’entrepreneur doit pouvoir faire son bilan de capacités personnelles. Ce bilan peut être décliné en trois (3) points :

 

-       Le bilan de votre personnalité

Qui êtes-vous ? Etes-vous nerveux ? Etes-vous patient ? Etes-vous téméraire ? etc.

Autant de questions qu’un futur entrepreneur doit se poser sans complaisance. A cet effet, les spécialistes du management comportemental proposent une grille de lecture de la personnalité d’un individu.

L’entrepreneur doit savoir les qualités personnelles requises pour faire le métier auquel il aspire. Par exemple, une entreprise de vente de matériels médicaux recommande d’être beaucoup normatif dans ses choix par ce qu’une simple erreur peut coûter la vie à quelqu’un. Pour une entreprise de marketing industriel, une personne de nature moins loquace et timide ne ferait pas l’affaire.

C’est dans le bilan de votre personnalité que la notion de talent prend tout son sens. En effet, le talent, à l’opposé des compétences, ne s’apprend pas ; il ne s’acquiert pas ; il est inné. Il est en nous quelques soient les circonstances.

 

-       L’inventaire de vos compétences personnelles

En règle générale, en termes de compétences personnelles et/ou professionnelles, aucun secteur d’activité n’est préalablement réservé à un type d’individu ou de personne. Mais il est indéniable que lorsqu’on a déjà acquis une expérience dans un secteur donné, il devient plus aisé et avantageux de s’y aventurer. Aussi certaines activités sont soumises à une règlementation particulière. C’est le cas, en Côte d’Ivoire de la profession des agences de communications et de publicités, des entreprises importatrices des produits carnés et de pêches etc.  Dans cette analyse, le choix de l’une ou l’autre des options précédentes fera intervenir la notion de besoins de financement de notre nouvelle entreprise. Ainsi, l’entrepreneur qui voudra se lancer dans une activité dont il détient une expertise fera l’économie des premiers recrutements de personnels qualifiés de son cœur de métier tandis que l’autre sera obligé de recruter le premier personnel.

 

-       L’influence de votre famille et votre environnement économique

Comme indiqué dans notre précédente séquence (séquence 2), la famille, surtout en Afrique, demeure l’un des points focaux d’où partira votre réussite. Ses considérations et ses points de vue sont déterminantes dans la conduite et la survie de votre projet d’entreprise.

Au-delà des aspects psychologiques de la famille, il faut prendre en considération ses capacités économique et financière. Par exemple si votre famille dispose d’un seul revenu qui est le votre, il lui sera difficile de vous suivre dans une aventure incertaine. Par contre si certains revenus sont sécurisés et que la famille peut vivre sans attendre les futurs revenus de votre nouvelle entreprise les choses seront appréciées différemment.

Il est conseillé au nouvel entrepreneur de ne pas engager l’intégrité économique et financière de sa famille dans un projet de création d’entreprise.

 

Ces trois points développés sont très importants. Certains aspects bien que n’étant pas mentionnés dans votre business plan (plan d’affaire), inspirent les institutions de financement pour fonder leur accord  ou leur refus de financer votre affaire.

Les comités de crédits tiennent véritablement compte de ces questions subjectives.

 

NB: Prochaine séquence, connaître les obligations à respecter pour créer son entreprise.

Commenter cet article