Côte d`Ivoire: feu vert du FMI à un prêt de 616 millions de dollars

Publié le par OUATTARA Navaga

Abidjan - Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi, à Washington, un accord triennal en faveur de la Côte d’Ivoire au titre de la facilité élargie de crédit1 (FEC), d’un montant de 615,9 millions de dollars EU (environ 200 milliards de FCFA). Ce montant, souligne-t-on, représente 120 % de la quote-part du pays au FMI, avec un premier décaissement immédiat, d’environ 128,3 millions de dollars EU). Le conseil d’administration a aussi approuvé une aide intérimaire équivalente à environ huit millions de dollars EU, en faveur de la Côte d’Ivoire, dans le cadre de l’initiative renforcée en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) qui représente un allégement du service de la dette en attendant le point d’achèvement de l’initiative PPTE qui consacrera à la Côte d’Ivoire un allégement de dette irrévocable, souligne-t-on. La Côte d’Ivoire se redresse après avoir traversé une longue crise sociopolitique qui a entraîné des violences généralisées et une baisse prononcée de l’activité économique au début de l’année 2011, note-t-on. Depuis fin avril, le gouvernement a lancé un programme de redressement de l’activité tiré par l’investissement. Ainsi, le FMI a approuvé, en juillet, un soutien financier, d’un montant d’environ 128 millions de dollars EU, au titre de la facilité de crédit rapide, rappelle-t-on. La reprise rapide des activités économiques et l’augmentation du PIB réel qui devrait retrouver un taux de croissance de l’ordre de 8 à 9% en 2012, vont permettre au pays de bénéficier d’un allégement de ses dettes extérieures par le biais de l’initiative PPTE et de l’initiative d`allégement de la dette multilatérale en 2012, une fois qu’elle aura satisfait aux conditions du passage au point d’achèvement, soutient le FMI. Toutefois, souligne l’institution financière, des conditions tenant à la mise en œuvre de réformes structurelles et sociales essentielles, notamment dans les domaines de la gestion des finances publiques, de la gestion de la dette et de la gouvernance, ainsi que dans le secteur du café et celui du cacao, et celles liées à l’initiative PPTE, à savoir l’application d’une stratégie nationale de réduction de la pauvreté et la mise en œuvre satisfaisante du programme économique des autorités appuyé par la FEC sont à satisfaire.

(AIP) kp

Publié dans Economie

Commenter cet article