Le Président KOROMA annonce la révision des contrats miniers en Sierra Leone

Publié le par OUATTARA Navaga

Bien que les études géologiques soient encore dans une phase intermédiaire, l’on peut aisément dire queRutile la Sierra Leone est un pays qui regorge de quantités extrêmement importantes de minerais. Ce pays dispose de diamants, d’or, de bauxite et de fer. Un secteur minier totalement dominé de main de maître par les grandes entreprises mondiales. Plusieurs entreprises y sont présentes ; parmi elles, la sierra Rutile Ltd elle-même détenue par la Titanium resources group, une société privée de droit britannique sans doute la plus importante avec  une activité minière représentant 65% des exportations minières du pays.

Dans un pays où l’activité minière représente au moins 30% du PIB, la révision des contrats pour une juste rémunération de l’Etat qui permettrait l’aide et l’assistance aux populations appauvries par une décennie de guerre civile est certainement une aubaine. Parce qu’il est important de noter que malgré la richesse de son sous-sol, la Sierra Leone reste l’un des pays les plus pauvres au monde.

Le Président KOROMA vient de l’annoncer ; les entreprises titulaires de licences d’exploitation des concessions minières devront envisager la révision globale de ces contrats. En outre, elles doivent prévoir un prélèvement de 1% sur leurs revenus pour financement les programmes sociaux. Il s’agira de la construction de centres de santé, de routes…

Acceptée comme candidate à l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) depuis le 22 février 2008, ce pays où une grande partie de la production minière était exploitée illégalement du fait de la guerre, doit continuer à travailler pour la transparence dans ses industries minières. L’atteinte de cet objectif pourrait être un gage de sécurité économique et de prévention des conflits armés.

Commenter cet article