Pour la réconciliation et la reconstruction de la Côte d’Ivoire

Publié le par OUATTARA Navaga

Après dix années de crise socio-politique couronnée par la guerre des douze jours d’Abidjan, la réconciliation et la reconstruction restent un défi majeur. Ce challenge impressionnant et titanesque, loin d’être une affaire du seul nouveau Chef de l’Etat, reste un engagement fort de tous les ivoiriens et des habitants de ce pays.

La justice comme socle de la réconciliation et de l’Etat de droit

Conformément au vœu d’Alassane OUATTARA, l’Etat de droit doit s’installer dans ce pays où l’exception a eu l’habitude d’être appliquée comme la règle. La vraie réconciliation s’accommode forcément de la vérité et du pardon.

Les ivoiriens en sortant de cette grave crise doivent accepter, chacun en ce qui le concerne, de reconnaître leur part de responsabilité pour qu’ensemble nous disions : Plus jamais çà dans ce pays ! Les ivoiriens doivent laisser libre cours à la justice pour ensuite pardonner. Personne ne peut accepter l’injustice au nom de la paix. Et la paix ne doit pas se construire sur le dos de l’injustice.

La justice, maillon incontournable des sociétés démocratiques et des Etats forts, devrait jouer pleinement sont rôle et prendre toute son indépendance vis-à-vis du pouvoir exécutif.

C’est à ce prix que les ivoiriens connaîtront la réconciliation pour amorcer la phase de reconstruction de leur pays socialement défiguré, politiquement écartelé et économiquement à genoux par ces années de conflits fratricides.

Publié dans Politique

Commenter cet article