Programme d'alimentation électrique pour la CEDEAO

Publié le par OUATTARA Navaga

Yamoussoukro (Côte d’Ivoire)- Les ministres de l’Energie des Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ont adopté vendredi à Yamoussoukro, un programme d’urgence d’alimentation en énergie électrique au profit de la Gambie, du Mali et de la Sierra Leone.

Au titre de l’appui de la CEDEAO aux programmes spéciaux pour faire face aux urgences d’approvisionnement, la réunion a entériné les requêtes reçues de la Gambie (31,9 millions de dollars US), du Mali (54,34 millions) et de la Sierra Leone (21,8 millions), avant de recommander au Conseil des ministres de l’organisation sous-régionale de les adopter. Elle a également instruit la Commission de la CEDEAO de mobiliser les ressources nécessaires pour la mise en œuvre des projets identifiés.

Une résolution relative à la mise en place d’un fonds de solidarité pour les mesures d’urgence dans le secteur de l’énergie, a été également adoptée.

Les ministres, dont la session a été précédée et préparée par une réunion d’experts de deux jours dans la capitale administrative ivoirienne, ont en outre adopté une résolution sur la mobilisation des ressources pour la mise en œuvre de l’initiative Energie durable pour tous des Nations unies dans la région ouest africaine.

Les experts, représentant notamment les départements en charge de l’Energie, les organes de régulation, les sociétés d’électricité ainsi que les partenaires au développement, se sont également penchés sur les marchés de l’électricité et du gaz en Afrique de l’Ouest, de même que sur la mise en œuvre du ‘’Livre Blanc UEMOA/CEDEAO sur l’accès aux services énergétiques et Initiative Energie durable pour tous’’.

Ils ont aussi examiné de près les programmes et démarches de structures régionales telles que le Système d’échange d’énergie électrique en Afrique de l’Ouest (EEEOA/WAPP), l’Autorité régionale de régulation du secteur de l’électricité de la CEDEAO (ARREC), le Centre régional des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique de la CEDEAO (CEREEC), l’Autorité du gazoduc de l’Afrique de l’Ouest (AGAO) et l’Association des sociétés d’électricité d’Afrique (ASEA, ex-UPDEA).

La réunion des ministres de l’Energie de la CEDEAO, qui en était ainsi à sa dixième édition, s’est félicitée des progrès enregistrés dans la mise en œuvre des programmes et projets énergétiques de la région. Elle a cependant, relevé les contraintes et apprécié les propositions formulées par les experts pour accélérer la réalisation de ces projets.

Ainsi, pour ce qui est de l’EEEAO/WAPP, elle a souligné la nécessité d’accélérer la mise en œuvre du Plan directeur révisé, en particulier dans les pays de la zone B (Guinée, Guinée-Bissau, Libéria, Mali et Sierra Leone), afin de leur permettre d’avoir des réseaux électriques interconnectés et par-delà accroître le taux d’échange du marché d’électricité, actuellement très faible (7%).

Les ministres de l’Energie ont formulé bien d’autres importantes mesures relatives, entre autres, à l’initiative Energie durable pour tous et au projet de gazoduc de l’Afrique de l’Ouest, tout en instruisant l’ARREC et le WAPP de coordonner leurs efforts pour la mise en place d’un cadre règlementaire et institutionnel pour le développement d’un véritable marché d’électricité dans la région.

La cérémonie de clôture de la session, présidée par Moussa Dosso, ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Formation professionnelle, représentant le Premier ministre de Côte d’Ivoire, Daniel Kablan Duncan, s’est déroulée en présence notamment de son collègue des Mines, du Pétrole et de l’Energie, Adama Toungara, et du commissaire aux Infrastructures de la Commission de la CEDEAO, M. Ebrima Njie.

M. Dosso a d’abord fait observer une minute de silence en mémoire des victimes du double attentat terroriste qui a fait plus d’une vingtaine de morts et blessés, le jeudi dernier, dans les villes d’Agadez et d’Arlit, au Niger, avant de rappeler les défis énergétiques de la région où l’offre de service reste largement en-deçà de la demande en dépit de potentialités énormes.

La rencontre de Yamoussoukro était la concrétisation d’une directive de la 42ème Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation, tenue fin février 2013 à Yamoussoukro, qui avait instruit le président de la Commission de prendre les dispositions nécessaires pour accompagner les Etats membres dans la mise en œuvre des programmes urgents d’approvisionnement en énergie.

En particulier, elle avait demandé au président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, de ‘’poursuivre les efforts d’extension et d’amélioration de l’efficacité des projets d’interconnexion à l’ensemble des pays de la région, y compris le projet du gazoduc (et aussi) de faciliter la coordination du processus d’élaboration de projets prioritaires’’ dans les Etats membres.

Publié dans Economie

Commenter cet article